« Sous les étoiles silencieuses » de Laura Mcveigh

« Sous les étoiles silencieuses » de Laura Mcveigh
Éditions: Fleuve Editions

Résumé:

Il y a certains voyages qu’on n’aimerait jamais avoir à faire. 
Et que l’on fait pourtant s’ils offrent le seul moyen de survivre. 
Été 1990. 
Afsana, 15 ans, se trouve à bord du Transsibérien vers la Russie. Elle vient de loin. De très loin. Sa ville, Kaboul, l’endroit où elle se sentait jadis chez elle, a été ravagée par la guerre civile, suite à l’arrivée des talibans. 
Depuis, Afsana et les siens sont en fuite, parcourant le pays d’un bout à l’autre, en perpétuelle recherche d’un lieu où enfin trouver la paix. 
Cet ultime trajet en train est l’occasion de se remémorer les événements qui ont précédé le départ, mais aussi toutes les étapes de cette longue fuite en famille. 
Afsana se souvient de la belle maison au cœur de la ville et de l’arbre de Judée dans le jardin, de l’amour de ses parents, de leur foi en l’avenir. Du bonheur d’être unis. 
Mais aussi de l’horreur qui s’immisce progressivement dans le quotidien et qui finit par les contraindre à partir. 
Avec, au bout du voyage, une unique question : comment recommencer lorsque tout a été perdu ? 

Mon avis sur « Sous les étoiles silencieuses »:

Sûrement l’un des plus beaux livres que j’ai lu et qui m’a fait versé quelques larmes.
C’est une pure claque!

Le livre est conté par le personnage principal : Afsana une toute jeune fille qui raconte l’histoire de sa famille.
Avec elle on voyage dans un Afghanistan superbe, où les femmes vont à l’école et s’habillent comme elles le souhaitent, la musique retentit dans les maisons et les cerfs volants des enfants colorent le ciel de Kaboul.

Puis vint les talibans juste après l’invasion soviétique.
Le pays devient ravagé par la guerre, et la charia justifie des crimes terribles tels que des lapidations sur la place publique, ou le massacre de population qui refuse de se soumettre.

L’horreur sans nom, sans visage , celle des hommes…

Afsana doit fuire Kaboul avec sa famille , d’urgence.
Ils doivent tout abandonner car ils ne sont plus en sécurité nulle part au milieu des bombardements.
Elle nous narre des moments de vie intime d’une famille unie et aimante.
Des flash-back constellent le récit.
Une fresque familiale prenante avec pour toile de fond des événements historiques.

Il y a un instant dans le livre où tout bascule, qui fige le lecteur car il faut ré imaginer toute l’histoire depuis le début.
Je ne vous en dit pas plus!
C’est écrit avec brio et très réussi mais cela m’a glacée d’horreur dans mon lit quand j’ai lu ce passage.

Chaque chapitre amorce une difficulté de plus pour la famille,  car c’est toute une vie à réorganiser sous le joug d’une guerre civile.
Ils vivent avec une peur au ventre permanente.

L’auteur à l’art et la manière de rendre vivant ses personnages au fil des pages et nous implique dans son roman.

La guerre, les talibans, les camps de réfugiés, Afsana raconte tout, partage tout mais sous les épreuves inhumaines qui jalonnent son chemin elle garde une volonté de fer, elle ne flanche pas.

Elle est une lueur qui scintille encore dans un pays où la lumière à quitté le cœur des gens.

Afsana s’accroche à l’espoir d’un jour meilleur comme sa bouée de sauvetage.

Ce livre est un hommage à toutes ces personnes ayant perdu toute une vie entière, souvent toute leur famille, leurs amis..
En 2018 ces personnes existent encore, ne les oublions pas.

 

Note: 5/5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s