Le Totem de mon lâcher prise

J’ai passé ma vie à tout planifier, calculer, organiser.
Laissant finalement peu de place à la spontanéité et la magie de l’imprévu.
Le fait de tout gérer, m’a toujours rassurée et structurée.

Mais finalement dans l’application de la réalité, rien ne se passe comme on l’aurait souhaité.
Et parfois ni le plan A, ni le plan B (et encore moins le C) ne marchent.

L’exemple le plus récent et le plus concret, c’est qu’à la sortie de ma reprise d’études cet été, j’ai décidé de continuer en alternance.
J’avais tout imaginé dans ma tête et ça avait l’air vraiment chouette.
Pensant trouver très facilement, je me suis vite ramassé les dents et ma fierté avec.
J’ai décidé alors, après quelques mois de recherche, de changer mon fusil d’épaule et prendre une autre voie professionnelle. Nouvel échec.

Gardant toujours mon grand optimisme, je me suis résignée à retourner dans ma branche.
Toujours rien.
J’ai oscillé entre plusieurs vagues émotionnelles durant ces derniers mois. L’inactivité étant très difficile pour moi à gérer car j’ai très peu connu de périodes de creux au cours de ma carrière.

Il m’a fallu un long moment pour accepter que tout ceci avait un sens.
Une raison.
Quand toutes les portes demeurent fermées c’est que l’instant de reprendre n’est pas venu ou qu’une meilleure situation va pointer le bout de son museau.
Reste à accepter l’introspection et la réflexion dans ce laps de temps.
Une sorte de purge avant le grand renouveau.

C’est comme lorsque je suis devenue maman.
Avant l’arrivée de bébé, la nounou était déjà trouvée, les vêtements et matériel tous achetés. Tout était millimétré comme du papier à musique.
Ce que je n’avais absolument pas anticipé c’est qu’avec l’arrivée d’un enfant tout n’est qu’imprévu, spontanéité et qu’il ne sert à rien d’établir des plannings de journée, dans la mesure où l’enfant décide seul de son rythme.
L’enfant ne s’encombre pas de toute cette gestion, il ne se laisse pas polluer, il laisse son corps et son esprit prendre simplement le temps de vivre. Aucune journée ne se ressemble.

Ce fut un enfer pour moi les premiers mois, j’avais l’impression de ne plus gérer ma vie et de la voir défiler sans plus la contrôler.
Un peu comme un avion sans pilote.
Et puis quelques mois plus tard, j’ai relevé la tête, sortant de la prison que je m’étais créée toute seule. Cette infernale torpeur qui m’a empêché durant tout ce temps d’être totalement vivante.

Je ne remercierais jamais assez mon fils de m’avoir apporté cette immense leçon.
Il m’a transformé à tout jamais. Comme une mue de serpent que l’on abandonne, j’ai accepté de sortir définitivement de cette coquille de confort car même si j’ai toujours été fonceuse et battante je suis restée figée dans le contrôle durant des années.
Mini doux m’a offert le plus beau cadeau : accepter la vie telle qu’elle se présente à nous.

Les courses peuvent attendre.
Le ménage aussi.
Laisser les gens passer à l’improviste.
Changer les plans de sa soirée à la dernière minute.
Prendre le temps de trouver un emploi qui me convienne et accepter d’être au chômage.

Et tout d’un coup cette immense pression s’essouffle, libérant la sérénité.

Le concept de lâcher prise consiste à laisser de côté ce qui nous empêche d’aller bien.
Y compris notre relation aux autres.
Là encore j’ai libéré mes vieilles colères et rancoeurs car on ne peut changer les gens.
Chacun a sa propre perception, son système de croyance et sa propre vérité.
Le lâcher prise ce n’est pas approuver, se soumettre ou se résigner, non, c’est simplement laisser passer toute cette négativité pour qu’elle ne nous abîme pas.
Donc je dis les choses qui m’incommodent, mais je n’accorde plus d’attention aux gens toxiques, ou avec qui je ne partage pas les mêmes envies ou valeurs afin de ne pas nourrir d’aigreur.

Je me sens tellement mieux, et le plus extraordinaire est d’avoir sincèrement appris à vivre l’instant présent.
Celui qui nous aide à créer de beaux souvenirs. L’instant présent n’est ni le passé, ni le futur il est fait de tas d’émotions et de sensorialité à saisir immédiatement.
Il est une clé.
L’instant présent est parfois dans un geste simple, ou un sourire.

J’ai érigé le Totem du lâcher prise car désormais c’est lui qui dicte ma vie.
Si vous traversez une mauvaise passe, souvenez vous que rien n’est immuable, et que ce sentiment d’inconfort ou de tristesse est strictement temporaire.
Advienne que pourra, la vie recèle bien des trésors cachés.
Tout ira bien.

Zoé

Une réflexion sur “Le Totem de mon lâcher prise

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s