« Une semaine et un jour » de Marijosé Alie

«Une semaine et un jour» de Marijosé Alie
Editions Hervé Chopin

Résumé:

Soraya marche dans les rues de Paris ; elle erre comme peuvent errer les gens qui ont tout perdu ou qui se sont perdus eux-mêmes. Elle n’a qu’un sac sur le dos et un vieux cahier qu’elle ne quitte pas. Elle a certainement eu une autre vie avant ; ses manières sont trop belles, son porte-monnaie trop plein. Alors quoi ? Qu’est-ce qui la pousse à vivre dehors, à écumer les chambres d’hôtel minables, à suivre cet homme étrange qui parle aux morts ?

Et pourquoi ce vieux cahier qu’elle ouvre dès qu’elle le peut et qui semble être le seul à pouvoir l’apaiser ? Qui est donc cette Célestine qui a traversé les océans pour arriver à Paris durant l’hiver 1788, alors que le froid sévit et que la Révolution française se prépare ?

Mon avis sur « Une semaine et un jour »:

C’est un livre singulier, écrit en deux temps: l’un de nos jours et le second en pleine révolution française.

L’histoire démarre sur l’errance d’une femme (Soraya). Elle marche, elle arpente les rues, avale les kilomètres comme pour fuir.
Mais fuir quoi exactement? L’on devine dès le début une grande souffrance, et l’horreur sans arriver à mettre le doigt dessus.
Pendant ses temps de « répit », Soraya lit le journal intime d’une de ces ancêtres: Célestine. Son carnet est devenu semble t’il son bien le plus précieux.

En parallèle, nous suivons donc la vie de cette jeune fille fraichement débarquée à Paris.
La gronde monte du peuple, la monarchie est au bord de l’effondrement, l’hiver est rude et les gens meurent de faim dans les rues. Nous sommes aux prémices de la révolution française et pourtant parmi toute cette misère, l’amour naît.
Il réchauffe, sublime la vie et éclipse la morsure du monde.

Je me suis laissée prendre assez rapidement dans l’histoire. Le besoin de comprendre Soraya, son passé et ce qui la mena à une telle débâcle.
J’ai eu envie d’arrêter le personnage dans sa course effrénée, de l’écouter et la consoler.

Les personnages secondaires sont pétris d’humanité, parfois même sous leurs airs bourrus.
Chez eux aussi le bât blesse. A chacun sa croix.

J’ai avalé les pages, dévoré le livre pour connaitre la suite, j’ai couru aux côtés de Soraya, aimé passionnément avec Célestine.
J’ai eu du mal à lâcher le roman tant il m’a captivée.

Le dernier chapitre explique cette fuite en avant, lorsque la réalité est bien trop dure à affronter.
La fin est simple, pas besoin de grand épilogue tant l’émotion se palpe avec le coeur au moment du dénouement.
Vous m’en direz des nouvelles lorsque vous l’aurez lu.

La plume de l’auteur est belle, humaine, bien ancrée dans notre réalité. Je compte maintenant lire son premier roman : « Le convoi » dont l’histoire se déroule du côté de l’Amazonie.

Petite anecdote sur Marijosé Alie: C’est une journaliste française mais est également chanteuse. L’écrivain a donc plus d’une corde à son arc!

Pour lire  » Une semaine et un jour »:

https://livre.fnac.com/a13888880/Marijose-Alie-Une-semaine-et-un-jour

Pour lire  » Le convoi »:

https://www.fnac.com/SearchResult/ResultList.aspx?SCat=0%211&Search=le+convoi+maijos%C3%A9&sft=1&sa=0

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :