« L’habit ne fait pas le moineau » de Zoé Brisby

« L’habit ne fait pas le moineau »
Auteur: Zoé Brisby
Editions Mazarine

Résumé:

Maxine, vieille dame excentrique souffrant de la maladie d’Alzheimer, s’échappe de sa maison de retraite, bien décidée à en finir dignement avec la vie.
Alex, jeune homme introverti au cœur brisé par un chagrin d’amour, cherche une raison de vivre.
Réunis au hasard d’un covoiturage dans une Twingo hors d’âge, les voilà qui s’élancent à travers le pays.
Mais quand Maxine est signalée disparue et que la police s’en mêle, leur voyage prend soudain des allures de cavale inoubliable…
C’est le début de la plus belle aventure de leur vie !

Mon avis sur « L’habit ne fait pas le moineau »:

Ouvrir le livre « L’habit ne fait pas le moineau » c’est comme embarquer à l’arrière de la voiture en compagnie du duo Alex/Maxine et les suivre dans leur aventure.
Zoé Brisby a brillamment réussi l’exercice de rendre ses personnages réels et authentiques. Ils sont tellement touchants de sincérité qu’on les croirait vrais.
Avec pour trame une aventure rocambolesque ce feel-good est beaucoup plus profond qu’il n’y paraît.
C’est drôle, (j’ai beaucoup ri au fil de ma lecture), c’est émouvant et cela fait surtout réfléchir à plusieurs thématiques.

Tout d’abord,  le roman aborde le sujet des personnages âgées, reléguées bien souvent au banc de la société.
On les planque dans des Ehpad et surtout on les infantilise. En annihilant tout ce qui a fait vibrer un être humain par le passé il est logique que celui-ci se laisse dépérir, perdu dans ses lointains souvenirs.
Maxine nous démontre qu’une personne d’un âge avancé, peut-être encore dynamique et jeune dans sa tête. Finalement il ne tient qu’à nous de sortir nos petits vieux de cet engrenage et de les intégrer à notre quotidien.
Ils ont tant à nous apporter alors pourquoi devrions nous les laisser à moitié vivants?!

L’auteur aborde également un sujet encore trés épineux en France: l’euthanasie et le droit de mourir dignement lorsque l’on se sait condamné.

Et puis il y a Alex, un peu mou du genou, jeune adulte amouraché d’une pépétte qui semble ne pas le remarquer. Notre personnage est en pleine dépression et crise existentielle. Un jeune qui n’a pas vécu particulièrement de drames mais se sent acculé par sa propre existence.

La rencontre de ces deux là, est un peu comme le destin dans la vraie vie. Des chemins se croisant pour se porter vers le haut, en tirant des leçons de vie ou d’humanité. Maxine et Alex étaient faits pour se rencontrer, au moment où la vie semble absurde et perd tout son sens.
Il y a toujours quelqu’un à qui se raccrocher.

Ce roman est un énorme coup de coeur tout comme son auteur.
La plume est belle, enjouée et positive.
J’ai sympathisé avec Zoé Brisby sur Instagram, peut-être nos prénoms nous ont rapprochées plus facilement, mais en tout cas c’est une bien belle découverte.
J’ai retrouvé Zoé et son humour à travers ses personnages et ses mots.
Je ne peux que recommander ce roman « L’Habit ne fait pas le moineau » car c’est un vrai rayon de soleil en cet hiver tout gris.
Une valeur sûre à offrir également car on ne peut être déçue de cette aventure dans laquelle Zoé Brisby nous invite.
Il y avait bien longtemps que je n’avais pas lu un aussi bon livre et je vais suivre attentivement les prochains à venir!!

Petite anecdote:
A la fin du livre, Zoé Brisby vous donne son adresse mail. Et si vous lui écrivez, elle vous enverra le dernier chapitre qui se déroule 5 ans après les événements!

Vous avez adoré découvrir Zoé Brisby ? Voici en prime une jolie interview de cette auteur ultra attachante:

As-tu toujours voulu être écrivain ?

Zoé Brisby: J’ai toujours écrit. Mais le métier d’écrivain me paraissait inenvisageable. La lecture et l’écriture ont
toujours fait partie de mon quotidien. J’aime imaginer des histoires. Souvent, pour jouer, je
demandais qu’on me donne quelques mots (souvent farfelus !) et j’inventais alors une histoire.
J’aime aussi rêver la vie des autres. A une terrasse, sur un banc, au cinéma…je regarde autour de moi
et j’imagine la vie de ceux qui m’entourent.

Quel est ton livre préféré ?

Zoé Brisby: Chez moi, on a toujours beaucoup lu. Mon enfance est remplie d’histoires, celles lues par ma mère et celles que je lui racontais.
Pendant mes études d’histoire de l’art, je ne lisais que des ouvrages très spécifiques. Il n’y avait pas de place pour les romans. Je ne m’en suis pas rendue compte sur l’instant, mais la fiction me manquait. Les personnages, les émotions, les intrigues… Alors, quand j’ai enfin pu me remettre à lire des romans, je les ai dégustés à pleines dents !
Depuis, je n’arrête pas. Je lis énormément. De tout. Partout. J’ai toujours plusieurs livres en cours. Il y a celui pour les transports, celui avant de dormir, celui pour quelques minutes volées.
Je lis aussi beaucoup mes amis auteurs.
Je suis beaucoup de comptes bookstagram et de groupes facebook et aime y piocher des idées de lecture. Il y a toujours un roman qui m’attend.

Qu’est ce qui a inspiré cette belle histoire et les personnages ?

Zoé Brisby: Ecrire, c’est ma manière de m’exprimer. Le biais par lequel je réussis le mieux à faire passer les
messages qui me tiennent à cœur. J’aime que le lecteur réfléchisse à des questions de société sans que cela lui paraisse pesant. Mes personnages sont touchants et attachants. Je veux qu’ils soient à côté de vous quand vous lisez, qu’ils vous fassent rire et pleurer.
Par exemple, dans L’habit ne fait pas le moineau, j’aborde des sujets difficiles comme la maladie, la vieillesse, la dépression ou l’euthanasie, mais grâce à la vivacité de la pétillante Maxine et à la sensibilité du candide Alex, les lecteurs sont embarqués. Ils rient, voyagent, dansent avec eux !

Je reçois tous les jours de formidables messages de lecteurs via mon adresse mail ou les réseaux. Ils me confient des aspects très personnels de leur vie. Je suis touchée par ces messages, je les garde comme de précieux trésors. Savoir que mes personnages vivent dans la tête d’autres personnes est le plus grand des bonheurs.

Je suis très attentive aux sujets de société, ceux qui nous marquent au quotidien.
Je note, dans un des multiples carnets qui ne me quittent pas, des idées, des phrases entendues ici ou là. Ensuite, ça germe dans mon esprit, des personnages grandissent et une histoire se crée.

Comment s’est passé ton arrivée chez Mazarine ?

Zoé Brisby: J’ai un parcours un peu atypique. J’ai commencé par autopublier mon roman sur Amazon. De nombreux lecteurs se sont mis à le lire et à le conseiller autour d’eux. Il est monté dans le top jusqu’à devenir n°1 des ventes ! Les maisons d’édition m’ont alors contactée. J’ai également participé au Mazarine Book Day qui propose à des auteurs de venir pitcher leur roman devant un jury composé d’éditeurs, blogueurs et libraires. J’ai eu la chance de le remporter et une nouvelle aventure a alors débuté pour moi.

As-tu prévu d’écrire d’autres romans ?

Zoé Brisby: Oui ! Pour troisième roman « La syndrome de l’hippocampe » sortira le 25 mars en librairie. Je suis très heureuse d’aborder de nouveaux thèmes qui me tiennent à cœur.
J’espère que les lecteurs aimeront ces nouveaux personnages, moi je les ai adorés ! Ils m’ont fait rire, ils m’ont touchée et ils m’ont même fait danser. Préparez-vous à un voyage extraordinaire !!
Le retour des lecteurs est très important pour moi. Je reçois beaucoup de messages très touchants qui me marquent beaucoup.
Je suis vraiment heureuse quand un lecteur me dit qu’il a offert mon roman à un ami pour le faire sourire. Souvent en dédicace, je signe des romans qui seront offerts, savoir que mon histoire est un cadeau est pour moi une grande source de joie.
Qu’est ce qui est le plus dur selon toi lorsqu’on est écrivain ?
Mes personnages sont très présents et j’ai parfois le sentiment qu’ils vivent avec moi. Maxine et ses expressions malmenées (ma préférée : « Je l’ai sur le bout de la mangue » !), Alex et ses doutes.
« Le syndrome de l’hippocampe » fait vivre de nouveaux personnages dans un décor complétement différent.
Il va falloir que je pense à trouver un appartement plus grand !

Pour se procurer: « L’habit ne fait pas le moineau »:

https://livre.fnac.com/a13410713/Zoe-Brisby-L-habit-ne-fait-pas-le-moineau

https://www.cultura.com/l-habit-ne-fait-pas-le-moineau-9782863745007.html

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :